L’injera, le plat quotidien éthiopien

L’injera constitue pour de nombreux éthiopiens le mode normal d’alimentation. Il se compose d’une galette, sorte de crêpe, faite avec une céréale cultivée un peu partout, le teff. L’injera est à la fois la base du repas, comme le pain pour nous, mais aussi le récipient sur lequel on verse des sauces à base de viande ou de légume, des oeufs durs, des morceaux de poulet, du fromage fermenté (ayib)… Pour manger, on déchire un morceau d’injera, on s’en sert adroitement pour emballer une des sauces, et on porte l’ensemble en bouche. Les éthiopiens font ça très bien. Les visiteurs que nous sommes moins bien. On fait comme on peut, en se léchouillant les doigs ensuite. La pâte qui constitue l’injera doit fermenter une journée, ce qui lui donne de l’épaisseur et un aspect spongieux qui facilite l’absorbtion des sauces. Une fois préparée, elle peu servir plusieurs jours. L’injera est posée sur une table basse et chacun se sert dans le plat. Nul besoin d’assiette ni de couvert. Dans une maison éthiopienne, il y a toujours de l’injera en attente. Ainsi, il y a de quoi servir un visiteur qui arrive à l’improviste. Avant l’arrivée des téléphones mobiles, on ne savait jamais quand on recevrait quelqu’un. Cela changera t’il ? Notez que l’injera de la photo est une version de fête. La version quotidienne est plus sobre.

Grains de teff
Grains de teff

Les grains de teff sont très petits, comme vous pouvez le voir dans la mains d’Amanuel.

Femmes tamisant le teff à Lalibela
Femmes tamisant le teff à Lalibela

 

 

 

Une réponse sur “L’injera, le plat quotidien éthiopien”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *